Suspendue de l'école en 6e année


Une des choses que j’apprécie de l’obligation de rester à la maison en cette période de grande transformation planétaire imposée par COVID, ce sont les moments de pause que mon cerveau est capable de prendre.

Plus souvent qu’autrement, il m’est difficile de me rappeler comment était mon quotidien quand les difficultés du défi d’attention y faisaient la pluie et le beau temps.

Comme si une tornade avait soufflé ces souvenirs dans un autre univers pour que je sois incapable d’y accéder.

De la fois où l’éducatrice de la garderie m’a lavé la bouche avec du savon parce que mon langage était inapproprié, aux punitions les bras en croix devant toute la classe en 2e année en passant par une suspension de trois jours en 6e année, mon parcours scolaire est parsemé d’expériences désagréables.

Des heures incalculables de retenues au secondaire.

Un nombre record d’absences non justifiées.

Une grande gueule qui me mettait les pieds dans les plats.

Je me souviens d’une expulsion assez mémorable en secondaire 3.


C’était le premier cours de l’année et le professeur nous avait énuméré les règles de conduite.

La fin de la période n’a pas eu le temps d’arriver que, sans le vouloir, j’avais déjà enfreint les règles. Le prof m’a regardé par-dessus ses lunettes à la John Lennon et m’a dit: toi, je ne veux plus te voir dans ma classe.

J’ai manqué un cours, puis deux, trois, quatre et peut-être plus. J’ignore combien de temps il s’est écoulé entre le moment de l’expulsion et celui où le directeur m’a fait venir dans son bureau pour savoir pourquoi j’avais autant d’absences dans cette matière.

Facile, lui ai-je dit. Le prof m’a dit qu’il ne voulait plus me voir dans sa classe, alors j’ai arrêté d’y aller.

Je pouvais lire le découragement dans son regard et en même temps, le désarroi de ne pouvoir répondre ou argumenter. La perception qu’on pourrait avoir de l’événement est que j’ai défié l’autorité alors que j’ai tout simplement obéi à la requête du professeur.

Le directeur m’a signé un billet de retour en classe au grand plaisir de mes camarades qui ne cachèrent pas leur joie devant mon retour.

Quand les émotions créent une décharge d’impulsivité

École Marie-Victorin à Saint-Siméon dans Charlevoix, 1983. C’est ma dernière année du primaire avant le grand saut à l’école secondaire. J’ai 11 ans, et de mémoire, j’aime apprendre, donc j’aime l’école.

J’aime aussi quand mes professeurs me confient des responsabilités comme faire la distribution des berlingots de lait ou aller nettoyer les brosses à tableau.

Le machin truc qui aspire la poussière de craie n’est pas à proximité de la classe des 6e année. Si l'enseignante me confie cette tâche, c’est qu’elle me fait confiance.

Dans ce souvenir un peu flou, je ne vois pas les autres élèves, seulement quelques-uns d’entre eux sont là, mais c’est un détail.

Celle qui nous enseigne ce jour-là est une suppléante, je crois, et alors que je pense qu’aujourd’hui encore, j’aurai la tâche d’aller nettoyer les brosses à tableau, elle la confie à un autre élève.

Normal, elle veut offrir la chance à d’autres de donner un coup de main. Sauf que dans ma tête d’enfant de 11 ans, je ne le vois pas comme ça. Je lui demande pourquoi et sincèrement, je ne me souviens plus de la réponse ni de l’échange quia mené à l’explosion de la fillette que je suis.

Ce qui est encore imprégné par contre, c’est ma main gauche qui monte derrière ma tête comme si j’étais lanceur à la balle-molle. La brosse à tableau est propulsée à l’autre extrémité de la classe, passant très près de heurter le visage du professeur.

Ce qui est encore vif, c’est le ressenti du moment.

30 ans plus tard, j’ai compris ce qui s’est passé ce jour-là

L’explosion n’avait rien à voir avec le fait que le professeur avait confié la tâche à un autre élève, mais avec la façon dont j’ai interprété la situation. Je ne comprenais pas pourquoi, j’ai cru qu’elle ne me faisait plus confiance et que tout à coup, elle ne croyait pas que j’étais “assez grande et responsable” pour le faire.

Je me suis sentie rejetée et avais l’impression qu’on venait de m’enlever quelque chose.

Je trouvais ça injuste.

Et c’est le tourbillon d’émotions causé par ces ressentis que j’étais incapable de moduler qui a explosé. La colère, l’incompréhension, la frustration, l'injustice, le sentiment de ne pas être assez ou de ne pas être à la hauteur, etc…

Ce n’est que 30 ans plus tard, en repensant à cet événement qui m’a valu une suspension de trois jours que j’ai compris.

Après coup, je me sentais tellement mal et je regrettais sincèrement d’avoir “pété les plombs”.

Ma mère était décontenancée et j’ai probablement eu droit à des remontrances de sa part. Honnêtement, c’est vague dans ma mémoire.

À la deuxième journée, j’ai pris mon courage à deux mains et j'ai passé un coup de fil à l’école pour parler à mon enseignante. Je me suis excusée, je lui ai dit à quel point je regrettais et que je m’ennuyais seule à la maison toute la journée.

Le lendemain, j’étais de retour en classe.

Oui, j’en ai fait voir de toutes les couleurs à ma mère, à mes professeurs et aux directions d’école! Sur la ligne de temps de la vie, ce sont des moments et ils ne définissent pas nécessairement qui nous sommes ou qui nous deviendrons.


Intuitivement vôtre et authentiquement moi,


Zarina

11 vues
Contact

Amos, Québec Canada​

Tel: 1 819 218-0261​

zb@indigo.coach

© 2020 Indigo Coaching. Propulsé par

TDAH adulte. TDAH sans médication. Coach TDAH. TDAH au naturel. Solutions naturelles pour le TDAH. Gérer le TDAH naturellement.TDAH test. Alimentation et TDAH. Suppléments et TDAH. TDAH et fonctionnement du cerveau. TDAH alternatives au médicaments. Concentration. Apprentissage. Mémoire. TDAH au travail. Difficultés de comportement.