Se sentir bien quand on mange mal ?


Intense. Un mot qui définitivement, me décrit parfaitement. Je le suis dans toutes les sphères de ma vie. Ça fait partie de moi. C’est dans mon empreinte énergétique.


Il y a une dizaine d’année, j’ai commencé à porter une attention particulière à mes choix alimentaires.


Une passion a émergée et depuis, il ne se passe pas une journée sans que je lise au sujet de la nutrition. Elle va beaucoup plus loin que le simple fait de répondre à un besoin vital, mais ce sujet sera pour un autre billet.


Alors quand j’ai commencé à lire sur la nutrition et le défi d’attention, j’ai eu l’impression que, comme Obélix, j’étais tombé dans la potion.


Gluten, produits laitiers, édulcorants et colorants artificiels, agents de conservation, additifs alimentaires, produits chimiques, aliments transformés, sucre...


TOUS ont un impact sur la santé en général MAIS ils ont de lourdes conséquences sur le défi d’attention, accentuant certains symptômes comme l’impulsivité, l’hyperactivité. Ils sabotent l’humeur et cambriolent la joie de vivre.


Et comme si ce n’était pas assez, ces éléments affaiblissent votre vibration.


Trois croyances qui aspirent vers le bas


Certaines façons de penser sont plus nocives que d’autres. C’est le cas des croyances que chaque être humain porte et l’alimentation n’y fait pas exception. Je le vois dans les habitudes alimentaires de mes clients qui reproduisent souvent ce qu’ils ont appris de leurs parents.


La liste des croyances face à la manière de se nourrir est incroyablement longue. Ce qui est pernicieux, c’est que les croyances sont inconscientes. La première étape est donc d’observer les pensées et comportements en lien avec la nourriture.


En voici trois qui se répètent souvent et que vous pouvez décliner en plusieurs formulations.


1. Ce qu’on mange n’a pas d’importance (où : un McDo, c’est tellement bon. J’aime la bonne bouffe. Un peu, ça n’fait pas de tort. J’ai été habitué d’même. Bien manger, c’est compliqué)


Il peut s’écouler des mois, voir des années avant de prendre conscience que les mauvais choix alimentaires sont le résultat de notre état actuel : déprimé, avec un surplus de poids, mauvaise concentration, humeur instable, anxiété, cerveau embrouillé.


Élevé sa conscience en nutrition est une étape importante qui m’a permis de me questionner sur ce qui mérite sa place dans le panier à l’épicerie, à lire les étiquettes, à m’informer d’abord et acheter ensuite. Ce qui a mené aux changements suivants.


J’ai diminué ma consommation de café de 5-6/jour à 4, parfois 5 par semaine.


J’ai arrêté de manger de la viande rouge et porcine.


J’ai éliminé tout ce qui était acide (épices fortes, sauces tomates, les produits laitiers).


J’ai montré la porte de sortie au gluten.


J’ai augmenté ma consommation quotidienne d’eau.


J’ai ajouté des légumineuses.


J’ai découvert des épices et fines herbes qui donne du goût (pas qui foutent le feu aux papilles gustatives.


Et ça, c’est en plus des compléments alimentaires que je prends tous les jours pour assurer à mon corps une conjugaison de nutriments optimaux.


2. Cuisiner les repas soi-même, c’est long et compliqué (où : j’aime pas cuisiner. C’est la course folle quand je reviens à la maison. J’ai jamais d’idées...)


Sans vouloir paraitre insensible (car c’est loin d’être le cas), se pourrait-il que ce soit une question de perception ? Plus l’emphase est mis sur la lourdeur, plus les choses sont lourdes.


Peut-être que partir de zéro à sept repas cuisiner par semaine, c’est un peu ambitieux. Ce qui nous ramène à la croyance no.1 sur les aliments que vous achetez : croquettes de poulet ou de poisson vs poitrines ou filet frais. Plats préparés vs préparé soi-même. Aliments transformés vs transformé soi-même.


La qualité devrait l’emporter.


3. Si on l’annonce à la télé, ça doit être bon


Après le « facing »des tablettes dans les marchés d’alimentation, les annonces de produits tendent un piège dans lequel il est facile de tomber. C’est peut-être bon au goût, mais pas assurément nourrissant.


Voilà une question importante à se poser : est-ce que ce que j’ai choisi comme aliment me nourrit. Parce qu’il y a une énorme différence entre manger et se nourrir. On peut manger des calories vides, bourrés de saveurs artificielles ou se nourrir de vrais aliments.


Au final, c’est non seulement la santé physique et mentale qui bénéficie d’une saine alimentation, mais votre vibration aussi. Beaucoup d’aliments jettent un poids sur ce que vous vibrez et en tant qu’Indigo, nous sommes très sensible à ça.


Intuitivement vôtre et authentiquement moi !


Zarina


Contact

Amos, Québec Canada​

Tel: 1 819 218-0261​

zb@indigo.coach

© 2020 Indigo Coaching. Propulsé par

TDAH adulte. TDAH sans médication. Coach TDAH. TDAH au naturel. Solutions naturelles pour le TDAH. Gérer le TDAH naturellement.TDAH test. Alimentation et TDAH. Suppléments et TDAH. TDAH et fonctionnement du cerveau. TDAH alternatives au médicaments. Concentration. Apprentissage. Mémoire. TDAH au travail. Difficultés de comportement.